RIEN DE CE QUI NE TOUCHE À RIEN NE M'EST TOTALEMENT ÉTRANGER
(Ignominies sans nom, digressions diverses, diatribes haineuses et toutes sortes d'excellentes raisons pour regretter d'avoir un jour appris à lire)

jeudi 25 février 2010

Herman Van Rompuy est-il vraiment une serpillère humide avec le charisme d'un employé de banque?


Tout d'abord, je tiens à préciser que j'ai connu des employé(e)s de banque torrides. J'ai notamment souvenir d'une guichetière de la CGER d'Ixelles qui s'humectait doigt et lèvres pour compter les billets avec une sensualité débordante ! Débordante de partout, d'ailleurs, si on veut bien considérer l'opulent décolleté qu'elle arborait en tout circonstance. Quant aux serpillères, il y en a des très bien... Ne généralisons pas !
Mais, soit ! En tant qu’humaniste dont la réputation de probité et d’impartialité n’est plus à faire, je m’élève avec la dernière des énergies pour venger l'insulte faite aux serpillères et accessoirement aux employés de banque. C’est donc au nom d’Herman et du peuple belge que je leur présente toutes mes excuses. Voilà une bonne chose de faite…
Un esprit patriotique au courroux justement exacerbé par la diatribe de Nigel Farage (c’est le nom de l’illustre serpillèrophobe britannique) rétorquerait que si Herman, notre sphinx aux allures de charmeur de serpent paranoïaque sous acide, est inconnu hors des limites du sol sacré de Mère Flandre(s), Nigel non plus n’est pas à proprement parler une célébrité de ce côté-ci des blanches falaises de Douvres, porte d’entrée de la perfide et exotique Albion. La réputation de Nigel Farage a certes, tenté de traverser le Channel à la nage mais une rencontre fortuite et impromptue avec un super pétrolier l’a laissé mazouté comme un vulgaire pingouin et le cher homme a dû remettre ses projets d’invasion à plus tard… Que voulez-vous, c’est la vie ! Et puis quand on s’appelle Nigel , on ne la ramène pas, non plus.

Mais je ne suis pas particulièrement patriote et il n’en reste pas moins qu’on ne peut lui dénier un certain sens de la formule et une pertinence certaine dans son analyse. "Belgium is a non country"... Bien observé ! Carrefour, BHV, Tilburg, Buizingen, état des routes,... Autant d'exemples provenant de secteurs divers nous en fournissent une preuve aussi éclatante que terrifiante.

Voltaire a dit un jour à un de ses contradicteurs : «Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu'à la mort pour que vous ayez le droit de le dire». Comme cela est élégamment tourné ! Léger, frais… Une bien jolie phrase pleine d’esprit… Mais complètement idiote ! Pour ma part, il est hors de question que je me batte avec qui que ce soit de plus fort ou plus nombreux que moi… Surtout pour permettre à un quelconque illuminé de déblatérer des propos me chagrinant au plus haut point. Voltaire buvait-il ? Personnellement, je me serais contenté d’un vibrant et définitif : « Ta gueule ! »
©Nihoul2010

1 commentaire:

Cruela a dit…

Voltaire était un exalté...
si il vivait de nos jours, sûrement conduirait-il une BMW coupé grise
personellement je hais les conducteurs de BMW coupé
grandiose ton post fragin
Bisous